Accueil logo the damaged corpse
Interview en français

Interview with brume
for damagedcorpse

Formally known as BRUME, Christian Renou remains one of the most innovative musicians since the industrial scene, evolving through his inner accoustic path between electro-accoustic collages to rough noises - we should say today there are two Brume, or two phases in his evolution. This new one reminding us of mystical travel through the dark and abstract ambient music but still mysterious to our senses, we are waiting for more surprises from Brume, one of the most cutting-edge musicians in the alternative scene. I'm glad to feature here this interview I had with him....-

-FD - When did you start your music ... What was the event that got you involved in this field and not in another one?

No I won't start like that! It's been 25 years; I'm always asked the same questions. Shit! It looks like a series of the "Invisible Man!" Once again, I repeat: it was either the gun or the synthesiser! There were no special events, it was always like that.
When I was a kid, I was not cool and I was always disturbed, my first love was with music.
At seven or eight years old I created a battery with yogurt pots and other musical tools after having seen a TV series called "Les Charlots".
I got really involved when a friend of mine (a skilled guitarist) gave me some musical instruments, it was a battered old electric organ, somewhere between a Farsifa organ and an analogue effect for guitar, I think. I already had an old tape recorder. Then I started doing sounds. It was in 1979. From then on I wanted to buy a bass guitar and amplifier, and after synthesizers and other sound equipment, etc...
Since my childhood, I was always surrounded by music: my mother played the piano, my sister was doing classical dance and she bombarded me with The Beatles, all my friends played music, I was drugged.
So in 1980, I joined a group of friends who played a sort of fusion between music and progressive jazz ... with my keyboard and my special effects I added a touch of ... "bizarre" to the sound. Then I got tired of all that and I felt that I needed to work alone; solo was more appropriate to my state of mind. So the project of "Brume" started in 1983 with my first recordings in 1985.

-FD - Yet to work in solo means to face some solitude, let us know about this state of loneliness, what's it about?

I do not feel things like this. If it is a choice to be and work alone, that's ok for me. Be free to think and make music without compromise, without concession. "BRUME" is an expression of my soul - the same way as it should be for a painter. I feel there is a similar state of mind when creating my music and the act of painting. I feel next to a painter. I think of music through a visual state.
When I create sounds I think of colours and when I mix these sounds together I imagine paint brushes and palette - nobody can do it for me.
Of course, many musicians have collaborated to build some of my pieces. In this case, I said exactly what I expect of them, and then I rework their contribution based on the atmosphere of the track.
Collaborations with other groups are very different. The exchange of ideas being the engine; it is another experience, enriching, a fusion, a new deal...

-FD - Why this nickname: "BRUME", what does it mean, is it a coincidence?

The choice of this name is totally premeditated!
Again, it comes from my childhood. I have always been impressed by a landscape in the mist.
I love things which are not really defined, which are clouded and indistinct. This sensitivity has created an "uncertain" aesthetic side, either visual, audio or other (anyway it's the same thing) and has always been present in my home.
In any case, I like things when they are and not imposed because it becomes very quickly a thing to consume and to get away from fast!
First I like to solicit the imagination of the listener, but that doesn't mean any need to work in the dark!
In a recording I try to master the sounds and their management, though I like to leave a free part in all this. In fact, my music is based on a quantum schema ... a system of organised and controlled chaos.

-FD - it should mean a "BRUME" textures; all confused and yet organized but invisible in their grasp?

That's right! It is important that the result of a work blurs the "points of welding". When you're dealing with a work tacheron this is!
Any famous musicians, who make guitar demonstrations without any soul, see Eric Clapton and other "guitar heroes" ... it looks more like circus than music! ...By the way, I always hated the circus, even when I was a kid... to make animals dance in front of a crowd of bastards has always seemed to me to be in poor taste! Fortunately there are rare musicians like Robert Fripp (KING CRIMSON), Christian Vander (MAGMA) or Charles Hayward (THIS HEAT) ... etc., who have the genius of combining technical innovations and feelings...

-FD - What are your sources of inspiration, criticism, rejection, aspirations?

For discharges, it is better to ask the question, the answers might be heavier than all the volumes of "THE ENCYCLOPAEDIA UNIVERSALIS".... Inspiration doesn't necessarily come from the field of sounds. Everything and anything can create a click, a track to exploit: A clear/obscure sound in your room, the wind in the trees, a dripping sink which leaks "blub...blub...blop", some bastards who throw away an empty soda-can from the window of their car, a discussion between primates, stinking of stupidity and violence, a central waste of controlled shit ...everything is possible!

-FD - Your inspiration is here urban. Do you consider your music coming from an urban world?

Yes of course it is, otherwise I would have done music like "Etant-Donnés" (which I like a lot). Initially, I was fascinated by the "biomechanical" of HR GIGER and by the prospects of MC ESCHER - outsiders, the universe rigging and "paranoid" books by Phil K. DICK, visiting power plants, factories, bunkers and so on ...All this gave me a starting point for creating a piece. But later I was more involved with "sociology".
One day I could read a book written by a psychologist, OLIVER SACKS: "The Man Who Mistook His Wife for a Hat". The book dealt with the most inconceivable mental illness. Wow, I was so impressed that I had the immediate need to translate my feelings into music and that gave life to the CD album, "Normal" distributed by RELAPSE / RELEASE in the USA.

-FD - Can we place your music in a style or a movement?
I could read about your music being like "new music", "experimental inventive music", etc. etc.

No, no and no! Damn it! I reject the butt of all these stupid labels! Be serious, what does it mean to identify, classify, store, systematise? ... It is food for the parasites in the press culture, piss-cold, intellectuals in plastic, driven by the absolute lack of anything natural ....*In short, marketing! ... But let's be realistic: natural does not pay!
Obviously, my music is closer to that of Pierre Henry than of Celine Dion. Anyway, if we must discuss the music, then this question is a false problem ... We are a billion individuals on this planet, in this whore space and cruel time ... Yeah, I say cruel because we humans have this awareness of being. This means to first accept ourselves as a unique individual and possibly after this we can accept the others ...And what about music here? For me, music is the most beautiful thing that "man" has ever created! Today, some labels have reduced it into a single, monolithic; accessible and digestible by 90% of the bastards still alive and who will live again and forever in this world!
I also do music ... and as John Cage said, "If it annoys you to call that Music, no problem, call it as you wish." So let's go to a label: "Hello, my name is C. Renou, aka BRUME or otherwise, it's up to you, and I've been doing music since 1979 ... the music? ... But no, call it rather "sound poetry", it sounds better on paper!

-FD - Could you call that "no-music", "no-art"?
Like Arnulf Rainer, "making art to kill art"?
What do you think?

No, not really! I've had enough of these biodegradable "theorists". They are only juggling verbally, yet another disguised form of marketing!
On the other hand, I do like the duo, "THE HATERS" who claim with humour and without being serious, the side of "anti"! I would say even more than "THE HATERS" I am "anti-anti ..."

-FD - Since I've known your music, I haven't seen any concerts. How do you spread your music? Have you always played solo?

Here Françoise, you're badly informed. BRUME made a premier performance at its "official" creation in 1985, a way to mark the event.
The event happened in an old building of the RATP, in Neuilly S / Marne. Of course, this concert was a pirate one. The cops arrived at around 23 hours to stop the noise, from accusations of the neighbouring... I don't know, indeed it was very noisy,
A sound recording of that performance was produced on tape, "EXIT / NO USE," and reissued on CD on the label WAYSTYX REC.
2nd performance: UP6., Paris, 1988, as part of a festival of "new music" ... Four group programme:LA SONORITE JAUNE, PACIFIC 231, VIVENZA, BRUME.
Regarding the "indus experimental" performance and the list goes on and the best, it includes me! Getting around seeing guys looking at their mixing console and then playing "warning! Laughs not on us" seems to me totally sterile!
If BRUME must one day make another performance, it will be a whole spectacle!

-FD - Great! Can you let us imagine this performance?

No ... Surprise, surprise.

-FD - What do you think of actual music scene?
What do you like? What don't you like? Your preferences....

Shit! On releases, I already answered you. Now I replay the old PIERRE HENRY, 1st PERE UBU, SPK, THE RESIDENTS, DOME, 23 SKIDOO, CHROME, Phil Glass, 1 SUICIDE, MAGMA, ART ZOYD, HELDON, even VAN DER GRAAF GENERATOR, CAPTAIN BEEFHEART and NEU See 1st FAUST
The actual music scene seems to me very poor, it does not interest me!

-FD - Isn't it a resistance?

I do not know, I'll have to submit the question to my therapist.
Let's say it's more an "introvision" than introversion. I am not a big nombrili!
-I draw my ideas from my feelings of the moment and not in my image.
Myself, I don't exist!
I'm only in my music!

-FD - Listening to your recent music, I felt another BRUME, perhaps more accessible and sensitive. What do you think?

There is an important parameter between all this: At the end of 2000, I stopped working under the name of BRUME because I was tired of my "electroacoustic acousmatic" income.
I wanted to breakaway from all that! So for seven years, I worked and produced stuff under my own name.
I wanted the fruit of this music to be ultra-precise and more "transparent" than BRUME. The challenge was to use a computer (for the first time) regarding the sound and the composition. Result: Several CD albums and CD collaborations with friendly people were produced. But the accessibility of which you speak was not the result of the project BRUME, but the result of this failure.
The only ultra aggressive album collaboration, using computer technology and the spirit of this period was the album "BRAINSTORMING # 1" created with my friend Eric Wood of BASTARD NOISE and John Weize collaborating. A second album: "BRAINSTORMING # 2" (WOOD / RENOU) will be out in the near future via HOUSEPIG, USA
I realised that little by little, even if my will and my production methods had changed, insidiously my music took back the aesthetic style of BRUME!
Amazing is it not?! I think it is difficult to go against this nature!
So, I decided in this year 2008 to recreate BRUME!

-FD - How many BRUMES exist for you?

One! The real and unique! (Joke). Seriously, it's hard to answer this question. As I already mentioned, nothing is permanent in this world and especially in my head!

-FD - Are you interested in the video through your music. I can see that a lot of musicians are using this method

The latest recording under the name of C. Renou was a "soundtrack" ordered for an art installation project (71 minutes): "Infinitus" conducted by visual artist, TJ Noriss, last May in Portland, Oregon. A DVD project of the event is in production.
I have always been suspicious about my music dealing with images. It may seem pretentious, but I always considered my music as different, independent.
For me, the support video or image always seems superfluous ...When I agree "to illustrate" sounds with an exhibition of paintings, sculptures, installations or other media ... the roles are necessarily reversed , I submit to topic without changing my music. This kind of exercise is very interesting from the standpoint of the challenge ...
It is always constructive, it generates more ideas, other tracks ..

-FD - I think the media images are too stereotypical today, the real visual world is elsewhere. Everything today is only apparent. We are also saturated with music, commercial sounds and media. We do not see anything and we also hear nothing, What do you think?

What is distressing in the audio-visual culture today in 2008, is that people do not even suspect that they still have a choice! The choice to make other sounds and images other than the monolithic and powerful "fastculture".
Of course, progress requires sophisticated and powerful sounds. So easy to be seduced by the sound of sirens and to like the first sound that only makes a large "boom boom ...". Everything is hackneyed! Today we don't listen to music, we are only pleased to hear it.
What is relevant is that this ordinary and formatted music controls every ordinary citizen.
This is obviously a simple, subtle and insidious way to control any citizen. All these small tecnocrat' garbage have understood this for a long time. So with the evolution of technology, with these laboratory studies or studies of the human behaviour ... tighten the stranglehold of enslavement.
A good film to see of IGMAR BERGMAN, "the snake's egg" illustrates well this issue. A must see film!

-FD - What is your social landscape? What do you aspire to, what music, etc. ....
How do you feel today in this phase of your music?

Sincerely, I do not know. The things in life are so on ... these things are done , nothing is stable, everything is in perpetual motion! I'm kind of an unstable man, so anything can happen! I have always been amazed how people are able to do the same thing for over twenty years - taking winning concepts from the early last century. But the worst is that their aficionados are able to accept their fly-blown pseudo-intellectual warmed see their cutting pipes ... poor slaves!

-FD - What is your public?

They are everything!

-FD - Could you create without any public?

Yes I could but it should be too sad. I can not stay inactive. A few years ago I tried to sculpt when my ears were saturated with music.
The CD, "BRAINSTORMING # 1" has featured one of my sculptures
Having a public gets your music through your four walls and will spray at odds! It is very intense! This creates a constructive dialogue, evolving with people. We can not stay alone in this minority because it implies "self-asphyxiation", it is essential to share, create a loop of exchanging ideas, feelings with people. It makes an intense flow to the survival of your art. If not, it's Death!

-FD - Where can we find your CDs? Albums?

Mainly on the internet, in stores and sometimes even in the "great distribution" ... Indeed everywhere!
We can find my official website at:

Thanks to Brume for this interview for the DAMAGEDCORPSE webzine
Thanks to Rob from Birmimgham (UK) for having corrected my poor English:-)

see images below


Interview avec BRUME,
Christian Renou pour damagedcorpse

Connu sous le pseudo « BRUME », Christian Renou figure comme l'un des musiciens les plus novateurs depuis la scène industrielle, évoluant ainsi à-travers un parcours sonore fait de collages électro-accoustiques et de bruitisme.
Aujourd'hui, en écoutant Brume, l'on pourrait dire qu'il y a deux phases dans son évolution. La nouvelle nous laisse percevoir un voyage mystique évoluant dans un background sonore à la fois sombre et abstrait restant encore impalpable à nos sens. Nous attendons encore d'avantage de surprises de la part de « Brume », l'un des musiciens les plus révélateurs de la scène alternative,
Je suis heureuse de vous présenter ici cet interview que j'eus avec lui,

-Françoise Duvivier
- Quand as tu commencé à créer de la musique et laquelle t'a interpellé, quel fut le moment opportun et décisif qui t'amena à désirer créer ta musique?

Ah non, on va pas commencer comme ça! Y'a 25 piges qu'on me pose la même question. Mince, on se croirait dans un épisode de "l'homme invisible"!
Allez! encore une fois, et c'est la denière: C'était le flingue ou le synthétiseur!
Y'a pas eu réellement de moments précis déclencheurs. ça a toujours été!... Môme, j'étais "un peu speed" mais j'ai vite flashé avec la musique. Je me rappelle qu'à 7 ou 8 ans, j'avais fabriqué une sorte de batterie avec des pots de yaourt et d'autres trucs après avoir vu "les charlots" à la télé.
Là ou j'ai vraiment franchi le pas, c'est quand un ami musicien (un guitariste de haut niveau) m'a dit: "tiens, je te donne ces trucs et tu pourra t'amuser", en fait de "trucs", c'était un vieil orgue electrique un peu déglingué et une petite pédale d'effet analogique (a Farfisa organ and a analogue effect for guitar, in english), Je possédais déjà un magnétophone à bobines (a reel to reel recorder, en anglais),
lui aussi ayant subi les usures du temps... alors j'ai commencé à créer des sons et des petites séquences de sons.
C'était en 1979.
Mais tout ça m'a donné envie d'extrapoler et d'acheter une guitare basse + un ampli, et par la suite des synthétiseurs et autres modules de traitement du son, etc...
Ce qui est pertinent est que depuis ma plus "tendre" enfance, j'ai toujours été baigné dans la musique: Ma mère jouait du piano, ma soeur faisait de la danse classique et me gavait avec le BEATLES, mes amis trituraient tous un instrument de musique, et ça ne m'a jamais lâché!
Alors début 1980, je suis entré dans un groupe d'amis qui jouaient une sorte de fusion entre la musique progressive et le jazz... avec mon synthé et mes effets spéciaux, j'ai ajouté une touche de... "bizarre" à cette musique. Puis j'en n'ai eu ras-le-bol et je me suis dit que la formule solo était plus appropriée à mon état d'esprit.
Alors ce fut la création de BRUME en 1983 et mes premières productions sur cassette à-partir de 1985...

-FD - pourtant travailler en solo amène à s'engager dans la solitude, que représente cet état de solitude pour toi?

Je ne ressens pas les choses comme cela. C'est plus un engagement dans l'autonomie: être libre de penser et de faire de la musique sans compromis, sans concession. BRUME est une manifestation de mon âme au même titre que ça le serait pour un peintre . Je fais souvent le rapprochement avec l'art pictural. Je pense la musique sous forme "optique".
Quand je façonne des sons, je pense à des couleurs, et quand j'assemble et gère ces sons, je pense à des coups de pinceaux. Et ça, personne ne peut le faire pour moi.
Bien sur, bon nombre de musiciens ont collaboré à la construction de certains de mes morceaux. Dans ce cas là, je leurs indique avec précision ce que j'attends d'eux, ensuite je retravaille leurs cessions en fonction de l'atmosphère du morceau.
Quant-aux collaborations avec d'autres groupes ou entités, là c'est un peu différent. L'échange d'idées étant le moteur, c'est une autre expérience, une fusion enrichissante, un nouveau deal...

-FD - Pourquoi ce pseudo :"BRUME", que signifie t'il, a t'il un sens ou est il le fruit du hasard?

Le choix de ce nom est totalement prémédité! Là encore, ça vient de l'enfance. J'ai toujours été impressionné ou disons, avalé par un paysage sous la brume. J'aime les contours flous, pas, ou plus vraiment définis. Cette sensibilité a forger un côté esthétique "incertains", que celui-ci soit visuel, sonore ou autre (de toute façon c'est la même chose), a toujours été présent chez moi. En tout cas, j'aime les choses qui ne t 'imposent pas directement un truc, parce-que ça devient très vite du "KLEENEX", un machin à consommer et à jeter rapide! J'aime à solliciter l'imagination de l'auditeur et la mienne aussi avant tout.
Ce qui ne veut pas dire qu'il faille travailler à l'aveuglette! Dans un morceau, je cherche à maitriser les sons ainsi que leurs gestion, quoique j'aime à laisser une part d'aléatoire dans tous ça. Pour tout dire, ma musique se base sur un shéma quantique... un système de chaos organisés et maîtrisé...

-FD - ça pourrait signifier une « BRUME » de textures, toutes confondues et cependant organisées mais invisibles dans leur maîtrise?

Tout à fait! Il faut que le fruit d'un travail estompe les "points de soudure". Quand tu as affaire à un travail de tâcheron, ça s'entend! Tous musiciens ultra connus qui font des démonstrations guitaristiques sans âme, genre Eric Clapton et autres "guitare héroes"... tiennent plus du cirque que de la musique!
D'ailleurs, j'ai toujours vomi le cirque, même tout gosse... faire faire des pitreries à des animaux devant une foule de crétins m'a toujours semblé lamentable!
Heureusement il y a des musiciens exeptionnels du genre Robert Fripp (KING CRIMSON), Christian Vander (MAGMA) ou Charles Hayward (THIS HEAT)... pour ne siter qu'eux, qui ont le génie de savoir allier technique, innovation et émotion...

-FD - Quelles sont tes sources d'inspiration, critiques, rejet, aspirations?

Pour les rejets, vaut mieux passer la question, la réponse risquant de peser plus lourd que tout les volumes de "L' ENCYCLOPEDIE UNIVERSALIS".
Les inspirations ne se trouvent pas obligatoirement dans le domaine sonore. Tout et n'importe quoi peut créer un déclic, une piste à exploiter: Un clair obscur dans ton appartement, le vent dans les arbres,un évier qui se débouche et qui fait "blub blub blop..." un enculé qui jette une boite vide de soda par la fenêtre de sa bagnole, une discussion entre primates, puante de stupidité et d'agressivité, une centrale de crémation de déchets ménagés...
Tout est possible!

-FD - Ton inspiration est ici urbaine. Considères tu ta musique comme issue d'un monde urbain, c'est à dire le notre pour la majorité.

Oui bien sur, sinon j'aurais fait du ETANT DONNES (que j'apprécie fortement). Au début, j'étais fasciné par les "biomécaniques" de HR GIGER ainsi que par les perspectives aberrantes de MC ESCHER, les univers truqués et "paranoïdes" des bouquins de Philip K. DICK, la visite de centrales thermiques, d'usines, de bunkers etc... Tout cela me donnait un point de départ pour la création d'un morceau. Mais par la suite je me suis davantage focalisé sur "la sociologie". Un jour je suis tombé par hasard sur un livre écrit par un psy, OLIVIER SACKS: "l'homme qui prenait sa femme pour son chapeau" (titre original: "the man who mistook his wife for a hat"). Ce livre traitait des maladies mentales les plus inconcevables. Wow, je fus tellement impressionné que la nécessité immédiate de transcrire mes impressions en musique donna vie à l'album CD, "normal" réalisé par RELAPSE / RELEASE aux USA.

-FD - Peut on caser ta musique dans un style, un mouvement. A ton propos, j'ai pu lire "musiques nouvelles" "musiques expérimentales voir inventives", qu'en penses tu?

Non, non et non! Merde, j'en ai ras le cul de toutes ces étiquettes à la con!!! Soyons sérieux, ça veut dire quoi de répertorier, de classer, de ranger, de systématiser... C'est de de la nourriture pour trous du cul journalistiques, de pisse-froids, d'intellos plastocs, rongés par le manque absolu de naturel ou d'honnêteté et avides de dividendes... bref, de marketing! ... mais soyons réalistes, le naturel ne paye pas!
C'est évident, ma musique est plus proche de celle de Pierre Henry que de celle de Celine Dion. Mais bon, si l'on doit débattre sur LA musique, LA question est un faux problème!... Nous sommes des milliard d'individus sur cette planète, dans ce putain d'espace temps cruel!... Ouais, je dis cruel parce que, nous humains, avons cette conscience d'exister. Alors on trouve des biais pour d'abord s'accepter nous même en tant qu'individu unique et éventuellement après, on accepte les autres...
Et la musique dans tout ça? A mon sens, la musique est la plus belle chose que "l'homme" ait jamais créé!
Aujourd'hui, certains monopoles l'on réduite à une forme unique, simpliste, monolithique, avalable et digérable par 90 % de couillons encore en vie et qui vivront encore et à jamais dans ce monde.
Moi, je fais aussi de la musique!... et comme disait John Cage, " si ça t'emmerde d'appeler ça de la musique, pas de problème, appelles ça comme tu voudras".
Alors, allons-y pour l'étiquetage: "Bonjour, je m'appelle C. Renou, aka BRUME ou le contraire, c'est comme on veut, et je fais de la musique depuis 1979... de la musique?!... mais non, appelons ça plutôt de la poésie sonore, ça sonne mieux sur le papier!"

-FD - Ou bien de l'anti-musique?, de l'anti-art?
J'avais pu lire à-propos de l'artiste viennois Arnulf Rainer, « faire de l'art pour tuer l'art » Te sentirais tu ici proche?

Non, vraiment non! Je n'ai que faire de ces "théoriciens" biodégradables. Tout cela n'est que jongleries verbales, encore une forme déguisée de marketing! Que ces gens là aillent se faire foutre, eux et leurs clients!
Par contre, j'aime bien le duo, THE HATERS qui revendiquent avec humour et sans se prendre au sérieux, le côté "anti"! Je dirai même plus que THE HATERS font de "l'anti-anti..."

-FD - Depuis que je connais ta musique, je ne vois aucuns concerts.
Comment diffuses tu ta musique?
As tu toujours joué en solo?<

Là, Françoise, t'es mal renseignée. Brume a fait une 1ère performance lors de sa création "officielle" en 1985, histoire de marquer le coup.
Le truc s'est produit dans un vieux bâtiment désaffecté de la RATP à Neuilly S / Marne. Bien sur, ce fut un concert "pirate". Les flics ont surgi vers 23 heure pour arrêter le boucan, certainement sous dénonciation du voisinage... je ne sais pas. Bon, je reconnais, on avait mis les amplis à fond et ça faisait vibrer toutes les tôles du site. Un document sonore de cette perfo a été produite sur la cassette, "EXIT / NO USE", et rééditée en CD sur le label WAYSTYX REC.
2nd perfo: U.P.6., Paris, 1988, dans le cadre d'un festival de "musiques nouvelles"... Quatre groupes au programme: LA SONORITE JAUNE,PACIFIC 231,VIVENZA, BRUME
En ce qui concerne les performances "indus, expérimentales", et j'en passe et des meilleurs, ça me gonfle! Se déplacer pour aller voir des mecs penchés sur leur console de mixage et se la jouer "attention! nous on rigole pas" me semble totalement stérile!
Si BRUME doit un jour refaire une perfo, ce sera pour un spectacle total!

-FD - Superbe!, peux tu nous laisser imaginer cette perfo?

Non!... surprise, surprise.

-FD - Que penses tu de l'actualité musicale?
Tes rejets, tes choix ....

A chier! Pour les rejets, je t'ai déjà répondu. Maintenant je réécoute les vieux PIERRE HENRY, les 1ers PERE UBU, SPK, THE RESIDENTS, DOME, 23 SKIDOO, CHROME, Phil Glass, le 1er SUICIDE, MAGMA, ART ZOYD, HELDON, même VAN DER GRAAF GENERATOR, CAPTAIN BEEFHEART, et NEU, voir les 1ers FAUST... La scène actuelle me semble très pauvre, elle ne m'intéresse pas!

-FD - N'est ce pas une résistance pour t'introvertir?

Je sais pas, il faudra que je soumette la question à mon psy. Disons que c'est plus une "introvision" qu'une introversion. Je ne suis pas du genre nombrilique! Je puise mes idées dans mes impressions du moment et non dans mon image. Moi, je n'existe pas!
Seule compte ma musique!

-FD - En écoutant tes récentes compositions, j'ai ressenti un autre "Brume", peut-être plus accessible et plus sensible. Qu'en penses tu?

Il y a un paramètre important entre tout ça: Fin 2000, j'ai arrêté de bosser sous le nom de BRUME simplement parce que j'en avais assez de mes recettes "électroacoustiques ou acousmatiques". Je voulais rompre définitivement avec tout ça! Alors durant sept années, j'ai travaillé et produit des trucs sous mon propre nom. Je voulais que le fruit de cette rupture implique une musique à la fois ultra précise et plus "limpide" qu'avec BRUME. Le challenge était aussi d'utiliser pour la première fois l'ordinateur pour le son et la composition. Résultat: plusieurs albums CD et collaborations CD avec des gens que j'appréciais furent produits. Mais cette accessibilité dont tu parles n'était plus le fruit du projet BRUME, mais bien le résultat de cette rupture. Le seul album collaboration ultra agressif, utilisant l'esprit et la technologie de cette période est L'album "BRAINSTORMING # 1" réalisé avec mon ami Eric Wood de BASTARD NOISE, avec la collaboration de John Weise. Un second album: "BRAINSTORMING # 2" (WOOD / RENOU) va sortir dans les semaines à venir chez HOUSEPIG, U.S.A.
Je me suis rendu compte que petit à petit, même si ma volonté et mes méthodes de production avaient changé, insidieusement ma musique reprenait l'esthétique BRUME! Etonnant non?! Je pense qu'il est difficile d'aller contre sa nature profonde!
Alors face à cette évidence, j'ai décidé en cette année 2008 de recréer BRUME!

-FD - Combien de « BRUME(S )» y aura t'il à ton avis?

Un seul! Le vrai et l'unique! (joke!). Sérieusement, il m'est difficile de répondre à cette question. Comme je l'ai déjà mentionner, rien n'est stable dans ce monde et surtout dans ma tête!

-FD - Serais tu intéressé par la vidéo dans ta musique. Je peux constater que pas mal de musiciens ont recours à cette méthode.

Le dernier enregistrement réalisé sous le nom de C. Renou était une commande de "soundtrack" (71 minutes) pour un projet d'installation: "INFINITUS" réalisée par l'artiste visuel, TJ Noriss en Mai dernier à Portland, Oregon.
Un projet de DVD de cet évènement est en phase de production.
J'ai toujours été méfiant de l'association musique + images. ça peut paraitre prétentieux, mais j'ai toujours considéré ma musique de façon autonome. Celle-ci étant suffisamment évocatrice d'images mentales au point que le support vidéo ou l'image m'ont toujours apparu comme inutile et superflu...
La nuance, quand j'accepte "d'illustrer" par des sons une expo de peintures, sculptures, installations ou autre... les rôles sont forcément inversés, je me soumet au sujet imposé sans pour cela "révisionner" ma musique. Puis ce genres d'exercices sont très intéressants du point de vue du challenge... C'est forcément constructif, ça engendre d'autres idées, d'autres pistes...

-FD - Je pense que les images des médias sont trop stéréotypés aujourd'hui, le monde visuel réel est autre part. Tout aujourd'hui est seulement apparent.
Nous sommes également saturés avec de la musique, des sons commerciaux et les médias. Nous ne voyons pas quoi que ce soit et nous entendons aussi rien faire, Qu'est-ce que tu penses?

Je pense que l'image est trop médiatisée aujourd'hui, le vrai monde visuel est ailleurs. Tout n'est qu'apparences aujourd'hui.
Nous sommes aussi saturés de musiques, sons commerciaux et médiatisés. Nous ne voyons plus rien mais nous n'entendons plus rien aussi,
Ce qui est affligeant au niveau de la culture audio-visuel aujourd'hui en 2008, est que les gens ne soupçonnent même plus qu'ils ont encore le choix! Le choix d'aborder d'autres sons et images que ceux de la monolithique et toute puissante "fastculture" imposée. Evidemment, le progrès implique des systèmes sonores de plus en plus sophistiqués et puissants. Alors, facile de se laisser séduire par le son des sirènes et d'ingurgiter la première ineptie sonore venue qui fait des gros "boum boum...". Tout est galvaudé! Aujourd'hui on n'écoute plus la musique, on se contente de l'entendre.
Ce qui est pertinent est que ces musiques creuses, sans âme sont calibrées, formatées de façon à créer un contrôle chez l'individu moyen. C'est évidemment une manière simple, efficace, insidieuse et subtile de formater aussi cet individu. Toutes ces petites ordures technocratiques l'ont compris depuis bien longtemps. Alors avec l'évolution exponentielle de la technologie, avec ces études en laboratoire ou études grandeur nature du comportement humain suivant des situations données... resserrent l' étau de l'asservissement.
Un film sublime de IGMAR BERGMAN, "L'oeuf du serpent" (titre original: "the serpent's egg") traite de ce sujet. Un film à voir absolument!

-FD - Quel est ton paysage social?
Vers quoi aspires tu, quelle musique, etc ....
Comment te ressens tu aujourd'hui dans cette autre phase dans ta musique?

Franchement, je n'en sais rien. Les choses de la vie sont tellement relatives... ces choses se font ou se défont, rien n'est stable, tout est en perpétuel mouvement! Je suis du genre instable, aussi tout peut arriver! J'ai toujours été stupéfait que des gens soient capables de faire la même chose pendant plus d'une vingtaine d'années en s'octroyant des concepts datant du début du siécle dernier. Mais le pire, c'est que leurs afficionados soient capables d'ingurgiter leur chiures de mouches pseudo intello réchauffées, voir à leur tailler des pipes... pauvres esclaves!

-FD - Quel est ton public?

Il y a de tout!

-FD - Pourrais tu créer sans public?

Oui, mais ce serait trop triste! Je ne peux rester inactif. ça fait déjà quelques années que je m'essaie à la sculpture quand j'ai les oreilles saturées de musique. D'ailleurs la pochette du CD, "BRAINSTORMING # 1" a été réalisée avec une de mes sculptures.
Avoir un public change la donne, ta musique traverse tes quatre murs et va se vaporiser aux antipodes! C'est très fortifiant! Cela engendre un dialogue constructif, évolutif avec les gens. On ne peut rester seul dans sa minorité car cela implique "l'auto-asphyxie", il est primordial d'avoir des récepteurs, de créer une boucle d'échanges d'idées, d'impressions avec les gens. ça créé un flux indispensable à la survie de ton art. Sinon c'est la mort!

-FD - Où peut on trouver tes cds?

Principalement sur le web, en boutique et parfois même dans la "grande distribution"... everywhere quoi!
Mais on trouvera mon site officiel sur

Merci à Christian pour cet interview
Merci à Rob de Birmingham (Royaume-Uni) pour avoir corrigé mon anglais médiocre:-)